tribal lady Gudalur 2.jpg

Hélène Carabin

Non, elle n'est pas joueuse de football pour l’équipe de l’UdeM.

 

Dre Hélène Carabin est Professeur titulaire au département de Pathologie et Microbiologie de la Faculté de Médecine Vétérinaire et au Département de Médecine Sociale et Préventive à l’École de Santé Publique de l’Université de Montréal. Son programme de recherche est axé sur l’utilisation de méthodes épidémiologiques et biostatistiques avancées pour mieux comprendre les facteurs de risque et le fardeau des maladies infectieuses et évaluer les programmes de contrôle, avec une emphase sur les maladies des populations les plus démunies et celles affectant à la fois les animaux et les humains.

 

Après un post-doctorat en Angleterre en économie de la santé, elle a été Professeur d’épidémiologie au Collège de Santé Publique de l’University of Oklahoma Health Sciences Center pendant près de 17 ans, où elle a développé un important programme de recherche sur le diagnostic, l’épidémiologie et le contrôle de la schistosomiase asiatique et de la cysticercose. Elle a aussi coordonné l’implémentation et l’évaluation d’un programme d’élimination de l’hépatite C parmi la Nation des Cherokee en Oklahoma. 

 

De retour au Canada en septembre 2018 avec une Chaire de Recherche du Canada, son groupe de recherche se penche sur l’évaluation de la plus valu de l’approche Une seule santé pour non seulement contrôler les zoonoses, mais aussi pour améliorer la santé des humains et des animaux.

 

Dr. Carabin a publié plus de 125 articles dans des revues avec révision des pairs (dont Nature, The Lancet, The Lancet Global Health, JAMA Network, etc), a donné plus de 150 présentations dans des congrès, séminaires, ateliers et autres. Elle a souvent été appelée à participer en tant que consultante pour l’Organisation Mondiale de la Santé et pour l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture. Son équipe a permis l’ajout de la cysticercose et de l’échinococcose à la liste des maladies inclues dans le « Global Burden of Disease Initiative », permettant ainsi de sensibiliser les décideurs à l’importance de ces zoonoses pour la santé humaine. Elle est directrice du Groupe de Recherche en Épidémiologie des Zoonoses et Santé Publique (GREZOSP), responsable de l'axe Une seule santé du monde pour le Centre de Recherche en Santé Publique (CReSP), co-directrice du réseau global Une seule santé sur la gouvernance des maladies infectieuses et l'antibiorésistance, et commissaire sur le Lancet One Health Commission. 

 

Elle détient un Doctorat en Médecine Vétérinaire (1992) et une Maîtrise en Sciences cliniques vétérinaires (1994) de l’Université de Montréal et un doctorat en épidémiologie de l’Université McGill (1998).  

 
 

ÉQUIPE

MANI SOTOODEH

Stagiaire Postdoctoral

Je suis stagiaire postdoctoral à l'École de santé publique de l'Université de Montréal, où je travaille avec les docteurs Helene Carabin, Erin Rees et Simon de Montigny. J'ai un doctorat et une maîtrise en informatique de l'Université Emory et un baccalauréat en sciences de l'ingénierie de l'Université de Téhéran. J'ai travaillé au laboratoire d'exploration et d'extraction de données pratiques et au laboratoire de gestion et de partage d'informations sécurisées du département d'informatique de l'université Emory, sous la supervision des docteurs Joyce Ho et Li Xiong. Mes recherches portent sur la modélisation des maladies infectieuses, l'apprentissage automatique, l'informatique des soins de santé, les modèles graphiques probabilistes, l'étiquetage bruyant, le crowdsourcing et bien d'autres choses liées à la santé ! En dehors du milieu universitaire, j'aime courir, écouter de la musique, jouer à des jeux de société et m'informer sur la psychanalyse et les neurosciences.

0040501-19SN-0877.jpg
IMG_3454.JPG

ELLEN JACKSON

Étudiante PhD

Impact de différents types de biais sur la validité de l’inférence causale de différents facteurs de risque et la transmission de Taenia solium.

Elle a fait son DMV aux États-Unis et est passionnée par la recherche en épidémiologie et en santé publique. Son projet de doctorat a pour objectif d’évaluer les relations causales entre différents facteurs impliqués dans la transmission du parasite zoonotique Taenia solium entre les humains, les porcs et l’environnement.

 

Quand elle ne travaille pas, elle aime lire et explorer le Québec!

MOHAMMAD SHAH JALAL

Étudiant PhD

M. Jalal a obtenu son DVM et son MSc à la CVASU, au Bangladesh. Il est passionné par la recherche sur la santé et a l'expérience des études épidémiologiques sur les agents pathogènes zoonotiques. Il travaille actuellement sur la charge globale de la neurocysticercose chez les humains et les animaux. Avant de rejoindre l'équipe de recherche du Dr Carabin, il a travaillé dans deux laboratoires renommés de diagnostic des maladies de la volaille au Bangladesh, puis il a rejoint le département de microbiologie et de santé publique vétérinaire de la CVASU, en tant que membre de l'équipe du Fleming Fund Country Grant for Bangladesh, dont l'objectif est d'établir un système intégré de surveillance de la résistance aux antimicrobiens au Bangladesh par le biais de l'approche "Une Seule Santé". 

Outre la recherche, il aime écrire des poèmes en bangla, voyager et faire de la photographie. 

IMG_0603.JPG
Katrina di Bacco.jpg

KATRINA DI BACCO

Étudiante PhD

Katrina a obtenu son baccalauréat en biologie de la faune à l’Université McGill. Elle a toujours été passionnée par l’environnement et les animaux, alors qu’elle décidait des prochaines étapes de sa carrière, elle a travaillé dans une clinique vétérinaire comme technicienne adjointe, où elle a vu des parasites sur et dans des chats et des chiens, ce qui l’a convincu à poursuivre des recherches en parasitologie. Elle a ensuite obtenu sa maîtrise en parasitologie de l’Université McGill pour étudier un ectoparasite des guppies.

 

La recherche doctorale de Katrina permettra d’estimer la prévalence de 5 parasites zoonotiques chez les humains au Canada. Dans la province de Québec, elle déterminera s’il existe une association de prévalence des parasites zoonotiques entre les humains et les animaux et elle identifiera également les régions à haut risque qui peuvent informer les agences de santé publique et permettre des interventions Une seule santé .

MARINE HUBERT

Étudiante PhD

Moi c'est Marine, je suis une jeune Belge dynamique, passionée par les voyages et particulièrement par les treks en haute montagne! J'ai réalisé mon bachelier et master en sciences biomédicales à l'université de Liège, en Belgique, suivi d'un master de spécialisation en médecine tropicale et maladies infectieuses à l'université d'Anvers. Ce master m'a permis de développer des compétences et un grand intérêt pour les zoonoses et la compréhension de la transmission dynamique de ces maladies. Etant donné ma passion pour les voyages, je souhaitais trouver un projet à l'étranger pour poursuivre ma carrière professionelle. J'ai ainsi été amenée à commener un doctorat dans ce fabuleux pays qu'est le Canada,  à l'université de Montréal, sous la tutelle du Docteur Hélène Carabin, où j'ai commencé un PhD visant à comprendre les facteurs clés influençant la dynamique de transmission des zoonoses transmises par les rongeurs avec pour objectif d'aboutir à la modélisation de ces maladies. 

Marine Hubert.jpg
bio SarahM.jpg

SARAH MÉDIOUNI 

Étudiante PhD en co-direction avec Dre Cécile Aenishaenslin

Évaluation du Programme intégré canadien de surveillance de la résistance aux antimicrobiens dans une approche « Une seule santé »

 

Sarah a gradué de l’école nationale de médecine vétérinaire de Tunisie en 2017. Elle a suivi le programme de maîtrise en santé publique à l’UdeM au cours duquel elle a travaillé sur les expositions humaines à la rage au sein des communautés Inuit du Nunavik (Québec-Canada), notamment à travers les morsures de chiens. Sarah est actuellement étudiante au PhD à la faculté de médecine vétérinaire de l’UdeM. Son projet consiste à évaluer les impacts économiques et sur la santé du Programme intégré canadien de surveillance de la résistance aux antimicrobiens (PICRA).

AIDA MINGUEZ

Agente de recherche

Après un BSc en sciences de l'environnement, une maîtrise en risques géologiques et un doctorat en géomorphologie par SIG et télédétection, pour l'Université de Leon (Espagne) et l'Institut Géologique et Minier d'Espagne, elle a réorienté sa carrière vers la vulgarisation scientifique, la conception graphique scientifique et le soutien à la recherche.


Quand elle ne dessine pas des punaises de lit ou ne fais pas de sites web, elle aime lire et tricoter - et non, elle n'est pas si vieille !

Aida Minguez.jpg

ALUMNI

 

PhD en direction

Juell Homco. Assistant Professor and Director of Research and community analytics. University of Oklahoma at Tulsa. US

Kaitlin McGrew. Epidemiologist at Oklahoma State Department of Health. US

Ida Sahlu . Epidemiologist at MITRE. US

Arthur Owora. Assistant professor at Indiana university Bloomington. US  

Mushfiqur Tarafder. Associate professor at Gesinger Commonwealth School of Medicine. US.

MSc en direction

Patrick Ndimubanzi. Minister of State in Charge of Primary Health Care. Ministry of Health, Republic of Rwanda. 

 

Carl Grafe. Data analyst. Brigham Young University, Idaho. US

Rachel Clinton. Acute Disease Service Communicable Disease Division Administrative Program Manager. Oklahoma State Health Department. US

Meghan Majorowski. Senior Market Access Advisor at USAID. US. 

PhD en co-direction

Helena Ngowi. Professor and Head of Department. Department of Veterinary Medicine and Public Health. Sokoine University of Agriculture, Tanzania. 

 

Rachana Bhattarai. Senior Epidemiologist, Healthcare associated infections at Arizona Department of health Services. US. 

 

Mary Dickey  

MSc en co-direction

Ruanne Barnabas. Associate Professor, Global health, University of Washington. US

 

Elizabeth Adams. Managing director and founder of Aquarius Population Health. UK.