IMG_2090 2.jpg
Surveillance, épidémiologie et gouvernance Une seule santé de la Covid-19 

La pandémie de COVID-19 a permis de réaliser jusqu’à quel point le monde est connecté, et que la santé humaine ne peut être considérée en silo. Elle nous a aussi permis de réaliser que non seulement des systèmes de surveillance multi-espèces rapides sont essentiels pour prévenir la propagation de virus avec une origine animale, mais aussi qu’il est essentiel de mieux comprendre le rôle que peut jouer la Une seule santé pour améliorer la prise de décision afin de protéger la santé de tous (humains, animaux, environnement). 

 

Notre équipe de recherche co-dirige le réseau canadien sur la gouvernance Une seule santé des maladies infectieuses et de l’antibiorésistance (www.global1hn.ca) qui se penche sur ces questions non seulement dans le contexte de la COVID-19 mais pour les autres maladies infectieuses pouvant bénéficier d’une approche Une seule santé. En partenariat avec l’Agence de Santé Publique du Canada (ASPC), nous explorons le rôle que pourraient jouer les données venant de certains médias sociaux comme Twitter dans la prédiction des cas de COVID-19. Nous nous penchons également sur ce qui fait qu’un système de surveillance multi-espèce pour des maladies émergentes est bien utilisé par les décideurs. Finalement, toujours dans une perspective Une seule santé, nous en sommes en à initier des études sur l’impact qu’a eu la pandémie sur les travailleurs en santé animale, le soutien qu’ont pu apporter à leur propriétaires les animaux de compagnie en temps de confinement, et la prévalence d’infection chez les chats de propriétaires infectés. 

Nous avons établis des partenariats avec trois instances internationales les plus impliquées dans la promotion de l’approche Une seule santé jusqu’à maintenant soit l’OMS, la FAO et l’organisme international de la santé animale (OIE). Notre recherche permettra aux instances de santé publique d’établir de meilleures stratégies de prise de décision en temps de crise mais aussi pour les maladies bien établies et aussi de mieux se préparer pour les crises futures.